mercredi 29 août 2007

L'Original s'affiche Concours 3ème édition


Depuis la 3ème édition du festival, un concours permet aux graphistes de divers horizon (esthétique, géographique, …) de proposer une libre interprétation du Hip-hop et du festival L’Original au travers d’une création graphique.

La 3éme édition de ce concours-battle se déroulera du 1er aout jusqu’au 30 septembre 2007.

L’Original s’Affiche Concours avait réuni 93 graphistes lors de la 1ere édition et 186 lors de l’édition 2006.

Au vue du nombre d’inscriptions spontanées reçues bien avant le lancement officiel, l’intérêt croissant pour ce battle de graphisme ne devrait pas se démentir.

Le nombre de participant, donc de création original, devrait encore exploser pour cette 3éme édition.

Retrouvez toute les infos sur le concours sur le site www.loriginal-festival.com

DJ GOODKA "Two Three Break vol.4"


Some promo for my friend, the world famous DJ GOODKA!
Check his last mixtape "Two Three Break vol.4"especially done for b-boys and b-girls!
More than 1 hour of music mixed by himself, with in bonus the 2007 finale of HipHop Connection King 7 (in Italia) between Top9 & Wanted.

FREE DOWNLOAD :
on the website : www.mixlawax.com
direct download : here


MORE LINKS :
Myspace : www.myspace.com/dj_goodka
Website : www.goodka.com


ADDRESS :
GOODKA RECORDS
17 rue Gabriel Péri
38000 GRENOBLE
FRANCE
+33 (0)4 76 43 32 64

mardi 28 août 2007

Cuvée Grenobloise 2008


A l'attention des Grenoblois!!!

Fils du métal ? Poppeux à lunettes carrées ? Punk à Converses ? Electro-boy du Dancefloor ? Rasta aux dread locks flamboyantes ? Post-rocker déconstructiviste et post-moderne ? Rapper à la verve sans pareille ? Joyeux chansonnier aux mots fleuris ?

Vous pouvez tous vous inscrire!

Le dossier de candidature est téléchargeable sur le site internet : http://www.dynamusic.net/
ou ici directement : http://dynamusic.free.fr/docs/CANDIDATURE_CUVEE_GRENOBLOISE_2008.rtf

N'hésitez pas a appeller le 04.76.17.23.16 pour plus de renseignements...

LA DATE LIMITE POUR ENVOYER SON MORCEAU EST LE : 13 OCTOBRE 2007


PS :
notez que vous pouvez d'ores et deja fournir des versions non définitives du ou des titres que vous voulez présenter pour la compilation, ça les aidera deja à "sentir" le tracklisting éventuel...

Mr J. MEDEIROS "Of gods and girls"


MR. J. MEDEIROS

'Of Gods And Girls'

(Rawkus / Nocturne)


Sortie 27 AOUT 2007


Premier album solo de Mr.J Medeiros leader du groupe The Procussions. A noter la présence de 20Syl (du groupe Hocus Pocus) de Strange Fruit Project, de Rez (The Procussions) de Pigeon John et de DJ Vajra sur des sons de Illmind, 20 Syl, Headnodic, Joe Beats et Stro The 89th Key. Une nouvelle pierre a l’edifice Rawkus Records.



BIOGRAPHIE

Le rap peut être réellement dur ou durement irréel. Mr. J. Medeiros vit submergé dans la réalité et son écriture le révèle. Avec ses racines de b-boy de la côte Est, c’était peu probable que Jay trouve sa voie dans la jeune scène hip-hop de Colorado Springs. Profitant de la radio campus locale, gagnant des battles de MC, construisant son break-crew, djant et graffant dans cette ville des Rocheuses, il commença à lancer sa carrière, confirmant cette orientation en déménageant à Los Angeles avec son groupe, The Procussions.

Mr. J. a toujours eu une passion pour aider les gens, y consacrant de nombreuses années de sa vie, que ce soit au sein d’AmeriCorps (réseau fédéral d’associations caritatives), Habitat for Humanity (un DAL à l’échelle mondiale), ou dans une organisation d’aide aux handicapés mentaux. « C’est en travaillant avec des gens qui ont des handicaps de développement que j’ai vraiment commencé à comprendre toute la superficialité avec laquelle notre société communique et interagit… » entame le MC. « … tellement de gens vivent dans leur coin parce qu’ils ne peuvent ou ne veulent souscrire aux idéaux de consommation et de beauté superficielle. ». Ces expériences ont aidé Medeiros à trouver sa voie et à partager cette réalité dans ses textes.

Medeiros s’est fait l’allié de nombreuses causes à travers sa musique. Il révèle son intérêt pour les problèmes de condition féminine avec une chanson comme « Constance », qui raconte l’histoire d’une jeune fille piégée dans l’univers tabou de la pédo-pornographie et du trafic humain. Le discours est agressif et audacieux : « It’s not illegal to use raping as a cash crop / As long as it says she’s 18 on your laptop. (Il n’est pas illégal d’utiliser le viol comme rente / A partir du moment qu’il est dit qu’elle a 18 ans sur ton portable) ». Medeiros sait qu’il va à contre-courant et déclare « une grande partie de l’identité du hip-hop s’est bâtie sur un mépris constant des droits des femmes ».

L’altruisme de sa musique aborde de nombreux autres sujets allant de l’alcoolisme à l’autisme en passant par les problèmes de représentation de soi. « Je ne parle pas beaucoup de sujets traditionnels. J’essaye de créer de la musique que les gens peuvent s’approprier, au lieu de juste parler de mes expériences » dit Jay, « dès que les mots sont prononcés, ce n’est plus ma musique ».
Medeiros applique cette philosophie depuis plus de neuf ans dans le trio de LA, The Procussions, avec qui il a obtenu ses galons en jouant devant plus de 150 foules par an un show unanimement encensé. Ces concerts menèrent au succès indépendant de leur 1er LP, 'As Iron Sharpens Iron', et les fit repéré par le légendaire Rawkus Records qui signa le groupe et sorti leur 2ème album, '5 Sparrows for 2 Cents', en 2006. Ce parcours permit à Jay d’affiner son discours aux côtés d’artistes tels que The Roots, Big Daddy Kane, Talib Kweli ou A Tribe Called Quest.

Ces expériences aidèrent Medeiros a dévoilé cet album qu’il écrivait et produisait depuis 2004, 'Of Gods and Girls'. « C’est très personnel » dit Jay. « Une grande partie de cet album parle de comment nous fabriquons nos propres dieux, des idées qu’ont les hommes sur les femmes et de comment tout ceci interagit d’une façon dangereuse et belle à la fois… je focalise sur la place de la femme dans cet album dans l’espoir que, par la reconnaissance de son égalité, un meilleur environnement pourra être créé dans ce qui, majoritairement, a été un univers masculin… le hip-hop. ». Bien qu’introspective, cette période d’inspiration ne fut pas une époque joyeuse pour le MC. Jay écrivant 'Of Gods and Girls' pendant qu’il squattait chez des amis entre les tournées, sans couverture sociale ou revenu régulier. «C’était un sentiment intense de solitude, un sentiment intense d’être à la rue » avoue Jay.
« Rétrospectivement, ce n’était pas si grave que ça, j’avais quand même un toit au-dessus de ma tête et de la nourriture dans l’assiette. ».

Mettant les choses en perspective, Medeiros est reconnaissant de cet art issu des épreuves. Son engagement total dans ses objectifs lui a fait créer son propre label, HyDef Laboratories, qui s’est associé à Rawkus pour la sortie de 'Of Gods and Girls'. Brian Brater, co-fondateur de Rawkus, parle passionnément de lui : « Des fois je regarde ce que Mr. J. est en train d’accomplir et je pense qu’il va être la plus grosse star que Rawkus a jamais eu ! Son point de vue, et le message de 'Of Gods and Girls', sont aussi pertinents et actuels que le Blackstar de Mos Def et Kweli l’était en 1998. ». Modeste mais déterminé, Mr. J. Medeiros résume ses objectifs : «Je veux que ma musique parle avec dignité et inspire le changement social»



TRACKLIST

01° Amelie (Ft. 20syl)
(Production : 20syl)
02° Silent Earth
(Production : Mr. J. Medeiros)
03° Strangers
(Production : Stro The 89th Key)
04° Constance
(Production : Mr. J. Medeiros)
05° Change (Ft. Strange Fruit Project & Rez Of The Procussions)
(Production : ILLMIND)
06° King Of Rock Bottom (Ft. DJ Vajra)
(Production : Joe Beats)
07° Half A Dream (Ft. Marty James Of One Block Radius)
(Production : 20syl)
08° Keep Pace
(Production : Mr. J. Medeiros)
09° Money (Ft. Pigeon John & DJ Vajra)
(Production : Stro The 89th Key)
10° Her Wings
(Production : Headnodic)
11° Apathy (Ft. DJ Vajra)
(Production : 20syl)
12° Call You
(Production : Mr. J. Medeiros)
13° Constance (Remix)
(Production : Joe Beats)
14° Silent Earth (Remix)
(Production : Ohmega Watts)
15° Half A Dream (Remix) (Ft.
DJ Destro)
(Production : Stro The 89th Key)

VIDEO
Mr J "The constance





LIENS

http://www.mrjmedeiros.com/

http://www.myspace.com/mrjmedeiros


THE PROCUSSIONS ON TOUR
with MR. J. MEDEIROS

* Samedi 22 sept 2007 / Festival le Foirail / Chateau-Gontier
* Jeudi 27 sept 2007 / Epicerie Moderne / Feyzin
* Samedi 29 sept 2007 / MARSATAC / Marseille
* Jeudi 4 oct 2007 / Les Trinitaires / Metz
* Vendredi 5 oct 2007 / La Poudrière / Belfort
* Samedi 6 oct 2007 / La Cartonnerie / Reims
* Dimanche 7 oct 2007 / Elysée Montmartre / De La Soul @ Paris
* Lundi 8 oct 2007 / Le 4 Sans / De La Soul @ Bordeaux
* Mercredi 10 oct / L'Olympic / Nantes
* Samedi 13 oct 2007 / Le Phare / Toulouse
* Vendredi 19 oct 2007 / Victoire 2 / Montpellier
* Jeudi 25 oct 2007 / Les Rockomotives / Vendôme
* Mardi 30 oct 2007 / Service Culturel / Boulogne-sur-mer
* Vendredi 31 oct 2007 / Les Docks Océanes / Le Havre
* Vendredi 02 nov 2007 / Le Brise Glace / Annecy

jeudi 23 août 2007

Battle dj POLYMIX 2007


La nouvelle édition du battle Polymix auront lieux comme d'habitude aux Moulins de Brainans le 03 Novembre 2007.

9ème Battle POLYMIX (école de mix/Djing), épreuve réunissant les techniciens du scratch, pass-pass et autres subtilités liées à la pratique des platines…
Les 8 finalistes, sélectionnés durant l’après midi, s’affronteront le soir lors de courts sets devant un jury professionnel et se verront attribuer des lots par les partenaires de la soirée.

Le site web :
http://www.polymix-dj.com

Pour le show d'after battle, un mix à quatre platines réunira deux champions du monde (ITF & DMC), les Djs NETIK et TROUBL'.
Ces deux français jouissent d'une réputation mondiale à force d'accumuler les titres comme d'autres enfilent les perles. Les deux compères n'ont pas joué ensemble depuis un moment, ce qui nous promet une magnifique empoignade, technique et groovy!

Sacré champion du monde ITF en 2001 et 2002, **Dj TROUBL'** s'est fait l'apôtre du scratch et s'est révélé comme l'un des Djs les plus créatifs de la scène internationale. Précis et incisif il utilise sa technique aux platines pour servir ses idées et confectionne des assemblages sonores saisissants.

**Dj Netik** (champion du monde DMC en titre) collabore avec des groupes de rap, des spécialistes de jazz (Truffaz) ou de drum’n’bass. Il revient aux platines afin où son jeu de mains supersonique et sa technique souveraine servent une musique éclectique, réjouissante et rassembleuse.

Pour les inscriptions et renseignements :

par tél : 03.84.37.06.06
par e-mail : message@polymix-dj.com

lundi 20 août 2007

DJ PRIMHERO "Yellow Looper"


Bon allez, ca me saoule d'attendre plus pour le sortir...le voila, mon dernier bébé. Comme j'avais précisé avant, mart1 étant occupé, il n'y a donc que des prods à moi dessus... j'espère qu'il plaira bien comme les précédents et que vous allez pouvoir passer de bonnes fins de vacances avec, et que vous allez fumer vos cross lors de longs trainings!

LE LOOPER (pour PC)


LE LOOPER (pour MAC)

LE LOOPER (en .swf)

LE LOOPER (en ligne)


Au total 18 loops (17 + 1 cachée) avec des bpm variés et des ambiances différentes.

Parmis ces loops il y a 4 guests :

_ Mart-1 (je ne vous le présente plus, et je vous laisse deviner pourquoi il est en guest sur ce looper...:D)
http://www.myspace.com/djmartonehotmailfr
_ Fly
http://www.myspace.com/djflycom
_ B.Kulcha
http://www.myspace.com/bkulcha
_ MLp
http://www.myspace.com/djmlp

Un grand merci à eux pour leurs participations, à tous ceux qui laisseront des commentaires et des critiques positives ou négatives, et aussi à tous ceux qui scratcheront ce looper en scred sans laisser de commentaires!

PEACE
prim'

PS à tous ceux qui laisseront un commentaire, dites moi quelle loop vous preferez, j'en mettrai une téléchargement gratuit...
http://www.myspace.com/djprimhero

DJ NETIK Champion Sounds


DMC Presents DJ NETIK "Champion Sounds"


For the past 22 years the DMC World DJ Championships have provided a platform for burgeoning DJ's to fast track their careers and have aided the likes of Scratch Perverts, Q-Bert, DJ Craze and Ca$h Money in becoming household names.

Now the Current World Champion DJ Netik is doing exactly that, on this outstanding Champion Sounds mix it is clearly evident why this young Frenchman is the very best in the world. From the very start its sxtravagent introduction you can tell that Netik is one focused individual.

In this mix Netik combines the very best in electro from (notably cool French) labels such as Ed Banger and Institubes with upfront and in this case EXCLUSIVE hip hop from major players like Jamalski and Youthman.

There is also a number of EXCLUSIVE productions from Netik himself proving that not only can he (quite literally) cut it on the decks but in the studio too. As for the finale Netik ends his mix with his winning 6 minute routine from last years DMC World DJ Championship.

In this case hearing is definatey believing....


TRACKLISTING

1. Netik - Perc Groove (intro)
2. Netik - Roses & Bitches
3. Ambitieux - Legendaire
4. Missill & Pm featuring Blu Rum 13 - Choose To Care
5. Jamalski - We Control
6. Bassnectar - Kick It Complex
7. Para One - Sages-Femmes
8. Busy P - Rainbow Man
9. Netik & Troubl’ - Excellent
10. Krazy Baldhead Feat. Tes - Crazy Motherfuckas
11. Youthstar - Youthstar Freestyle
12. Jamalski & Krazy B - Bash Dem Up (Youthman Remix)
13. Youthman, Youthstar & Taiwan MC - Haters
14. dDamage - S.I.N.
15. Phon.o feat. TinTin - Pimpin’ Tintin
16. Grems / DJ Troubl' - Airmax
17. D.I.M - Airbus Baby
18. Netik - 6 Minutes To Die (DMC 2006 Winning Set)


You can buy this album from www.dmcworld.com for just £8.99!
To buy click Here

AUDIORESEARCH IS DEAD !!!


Je viens d'apprendre une nouvelle bien triste!
(mais je ne sais pas de quand ca date en fait...)

Le label AudioResearch créé par A-Trak, Dave 1 et Willo en 1997 est mort en 2007 après 10 ans d'existence! Ce label avait été monté par eux mêmes sans investisseurs, par pur amour pour la musique.

MAIS NE PLEUREZ PAS TROP!


Loins d'avoir fini leurs aventures, A-Trak et Nick Catchdubs ont recré un nouveau label nommé : FOOL'S GOLD.

Pas de site web pour le moment, mais un myspace, oblige, est en ligne
Myspace : http://www.myspace.com/foolsgoldrecs

Sortis sur ce label, on retrouve :


Mais aussi des sorties à venir :

Allez, un petit extrait d'un live @ San Francisco de Kid Sister et de A-trak:


Sinon, le contact c'est : foolsgoldrecs@gmail.com

Block Party avec DJ MUGGS & JAZZ LIBERATORZ


Pour les lecteurs Parisiens, une autre soirée en perspective de la rentrée est annoncée...

On ne présente plus les Block Party. Cette fois ci seront présents le légendaire DJ MUGGS de CYPRESS HILL, avec comme hoster SICK JACKEN de PSYCHO REALM pour fêter la sortie de leur album "The Legend Of The Mask & The Assassin" !
Les JAZZ LIBERATORZ dont l'album sortira fin octobre seront également de la partie.


Comme d'habitude ca se passe au :
BUS PALLADIUM,
6 rue Fontaine
75009 Paris

Et c'est à la date du : 20 Septembre 2007 à partir de 23h00.
Pour le PAF, c'est : 12 euros en prévente / 15 euros sur place.

Les préventes sont disponibles ici : http://www.digitick.com/index.php4?p=205&idEvt=6483

vendredi 17 août 2007

Evolution ... encore de la faute à Darwin!


EINDHOVEN, Pays-Bas - Le 17 août 1982, de petites rondelles de plastique aux reflets arc-en-ciel s'apprêtaient à provoquer une véritable révolution technologique et commerciale: dans une usine près d'Hanovre en Allemagne, elles allaient devenir les premiers "Compact Disc", un nom encore inconnu du grand public mais promis à une grande carrière musicale.

Vingt-cinq ans plus tard, le CD est devenu un produit courant. Mais après avoir pratiquement relégué vinyles, cassettes audio et même disquettes informatiques au rang d'objets de collection, il est maintenant concurrencé par la multiplication des lecteurs de fichiers MP3 d'une capacité nettement supérieure.

Et pourtant, la symphonie alpine de Richard Strauss gravée sur les tout premiers disques n'a rien perdu de sa qualité et pourrait être écoutée avec le même plaisir qu'à l'époque de sa sortie, affirme le fabricant néerlandais Philips, qui avait développé ce nouveau support en collaboration avec Sony.

Le projet de lancement d'un nouveau standard destiné au grand public était un défi technique impressionnant, se souvient Pieter Kramer, qui dirigeait le laboratoire de recherche optique de Philips dans les années 1970.

Quand les deux géants ont décidé de travailler ensemble en 1979, le projet prévoyait que les platines laser seraient équipées des puces électroniques les plus puissantes jamais commercialisées pour un produit grand public. En 1980, un "livre rouge" précise les caractéristiques techniques du nouveau disque et le partage des brevets entre les deux concurrents: à Philips la conception du CD et des lentilles qui permettent la lecture, tandis que Sony s'attachera au format utilisé pour numériser la musique.

Le CD a gardé la forme des disques vinyles: comme eux, il est rond et porte une spirale gravée qui contient la musique, numérisée sous forme de 0 et de 1. Sa grande innovation est d'avoir remplacé l'aiguille des anciennes platines par un rayon de lumière qui ne touche pas le CD et n'altère donc pas sa surface, quel que soit le nombre d'écoutes.

De nombreuses légendes circulent sur la taille choisie: certains prétendent que c'est celle d'un dessous de verre à bière aux Pays-Bas, tandis que d'autres affirment qu'un chef d'orchestre célèbre ou un dirigeant de Sony a obtenu que le nouveau disque puisse contenir un enregistrement aussi long que la 9e symphonie de Beethoven.

En fait, il aura fallu de "longues conversations" pour décider de la durée la plus pertinente, assure Pieter Kramer.

Philips et Sony ont annoncé fin août 1982 qu'ils étaient prêts à sortir leur nouveau produit et ont commencé les ventes à l'automne. La première platine fut vendue au Japon le 1er octobre, accompagnée de l'album "52nd Street" de Billy Joel.

Le succès fut immédiat. Dès 1986, les platines laser se vendaient mieux que les autres et en 1988 les ventes CD dépassaient celles des vinyles. "Le CD était un produit facile à vendre", explique Lucas Covers, qui dirige le département marketing grand public de Philips. "Il n'y avait pas que la qualité du son, les disques ressemblaient à des bijoux comparés aux 33 tours..."

Source : www.yahoo.fr

Lonnie Rashied Lynn aka COMMON

J'adore ce rappeur, il a flow de ouf, et de très bonnes prods générallement. Ces dernières collaborations avec Kanye West pour son précédent album BE, et son dernier FINDING FOREVER sont tout simplement énormes.

Pour resituer, Common, de son vrai nom Lonnie Rashied Lynn, est un rappeur qui a grandit dans les quartiers sud de Chicago. Au début des années 90, son nom de scène était Common Sense, qu'il a du raccourcir car il était déjà employé par une ancienne formation rock.
Dans la lignée des Gangstarr, A Tribe Called Quest ou encore The Roots, Common fait parti des poids lourds du rap us!

Et pour rappeller ses albums...
1992 - Can I borrow a dollar?
1994 - Resurrection
1997 - One day it'll all make sense
2000 - Like water for chocolate
2002 - Electric circus
2005 - Be
2007 - Finding forever

En plus de faire des sons de folie, ses clips sont aussi pas mal du tout. En voici quelques un...

COMMON - "A Dream" (link)


COMMON - "The Game" (link)


COMMON - "The People" (link)


COMMON - "Go" (link)


COMMON - "Come Close" (link)


Et pour le plaisir de réécouter un son mortel, COMMON - "Resurrection" (link)

jeudi 16 août 2007

MC TIA Queen of HipHop...


Big up to her, Mc TIA live from Denmark ... hip hop is still alive!
Big up to her dj, my man
LP² aka charal cheesburger man!

...et maintenant, un peu de promo...


MC TIA Biography :

The slightly different background may shed light over Tia's musical ambitions, yet still won't touch the source of her personality as she is more or less someone you cannot quite catch. An extrovert personality but with layers of something mysterious you can't grasp.

Tia comes from a musical family, with her father being a Radio speaker, drummer and radio DJ for 25 years and her mother being a big Motown fan, working as a journalist in culture, politics and arts some may say the influences are obvious.

However it was not until Tia started middle school that she found her true passion for music. As a child, she was encouraged to attend piano lessons, ballet classes, drama and she was constantly painting, writing or singing.

Always on the move, the family lived all over the world before settling in Copenhagen, Denmark in the early 1990'ies.

She attended a creative free school where speaking your mind and not minding your tongue was highly encouraged. She took music lessons several hours a week, being part of a band playing Funk and Jazz.

When she left middle school it was already becoming clear that music was the inevitable path in her life, and when she started high school she knew she could not fit in to the system no matter how hard she tried.

Being a strong left wing activist, a feminist and extremely motivated she dropped out and decided to pursue music fulltime. A long period of hard ups-and-down's followed, and finally the break came when Tia crossed paths with rapper ALX and they started their own independent label Okayhater Music (2001).

The debut co-release with ALX, at 18 years old was the sold out 12" produced by World DMC Champion DJ Noize, and from there on they seemed to appear everywhere both in Scandinavia and in The US linking up with Chicago based and underground legends The Molemen.

Receiving major label offers from BMG, Universal, management and production deals, Tia has always gone her own way and refused to give in to anyone who has tried to make her into something she is not.

In 2007 MC Tia signed with Gateway Music (sub label of DMF Music) to release her EP "Shades of Variety."

MC Tia has performed in Sweden, Denmark, France, UK and Turkey.

She has a discography of over 20 releases and features, hip hop documentary features, over 100.000's of downloads and interviews in rare Medias such as Tolo TV in Afghanistan. She has also spoken about Hip Hop culture and about being a rapper at the " University of Modern Design " in New Delhi, India, and held a hip hop workshop for kids and teenagers, providing writing and rapping techniques, musical history and performing live.

She has compiled her own team of producers, DJ's and designers from all over the world, stressing the importance of spreading the hip hop culture as well as preserving it.

"The Super Fresh Remix Mixtape" which is out this year 2007, is an ode to expression in all musical forms within hip hop.

"I wanted to create something real hip hop but without any musical or lyrical boundaries. That's why you got everything from soul, jazz, reggae, electro and straight up and down 95 bpm hip hop…(to) be able to play with diversity ! "


MC TIA Discography :

ALX & MC TIA- The Real/Triumphin 12" -2002
Wallboomers and Run For Cover Records

DJ Swab Half and Half Album-2003
AYP Records

Duggud-Sooner Than Later LP-2004
Nothin but skillz inc.

Nothin But Skillz Vol. 1 – 2005
Nothin but skillz inc.

Perfect Combination-Conquer Album- 2005
elQpe productions / GAU records

Chroome XTP Mixtape-2005
XTP Productions.

Lush Album-2005

DJ Phantom LP-2005

DJ Flip- Street Heat Vol 1" -2005
Lucky Charm Records

Fort
Nox-
Undisounous EP -2007
Satu Records

Fredric Uppföljaren -2007

ALX-For the people LP -2007
Okayhater Music

Mazy-Fire EP
Nothin But Skillz -2007

It's her Turn mixtape- 2007
Rap Zone

MC Tia-Project Dubplate pt. 1
Pressed by Undabass Sound -2007

RSP LP- Released 2007

Megalarge & Wildelux LP – Released 2007 ?

Kush - Give me a break! Mixtape -2007

MC Tia side projects:

Mc Tia & The Urban Jazz Bandits:
Press PDF:
http://www.taohoejgaard.com/docs/mctia_urban.pdf
www.taohoejgaard.com

Other:

Anti Music Censorship Song "Can you censor this!"
Feat. MC Tia, MBS, zed, youss etc.
www.freemuse.org

MC Tia -"Out here in the street" used as theme in skate video
Street Addict

DR 1-Boogie
TV live from 24 Karat koncert in Århus

Documentary "What is language"


MC TIA BOOKING :

Contact: bookingmctia@gmail.com for your request.

Please include budget, date, venue, expected amount of audience and length of show desired


MC TIA MYSPACE :

http://www.myspace.com/mctia


MC TIA "Behind the scenes" 2007

Pedro Winter aka BUSY P


En parlant de Daft Punk, et pour aussi un petit peu parler d'électro, voici une interview de PEDRO WINTER aka BUSY P que j'avais trouvé sur internet et qui est très bien réalisée.
Pedro Winter qui n'est autre que le manager de Daft Punk depuis 10 ans, et aussi le fondateur du label Ed Banger, label qui s'impose de plus en plus sur la scène électronique internationale avec des artistes comme Dj Medhi, Justice, Uffie, Feadz, Mr Flash, Mr Oizo ou encore Sebastian

L'interview date du 05/12/2006 et provient du site www.90bpm.net

Comment en es tu venu à fonder Ed banger?

P: Le label n' est pas très vieux. Ca a commencé en 2003. Avant ça, j'avais commencé une boîte de management que j'ai toujours, puisque ça fait un peu plus de 10 ans maintenant que je suis manager de Daft punk, et que au fil du temps j'ai voulu monter ma propre société. Après j' ai monté ma boîte pour m'occuper d' autres artistes comme Cassius, DJ Mehdi, Cosmo Vitelli, DSL. Puis finalement je me suis rendu compte que manager plein d'artistes était cool mais que ça prenait beaucoup de temps et d' énergie, donc j'ai préféré me concentrer sur un nouveau rôle qui me tenait à coeur : producteur de musique, et donc de monter ma propre maison de disques en 2003 Ed banger records, sur lequel j' avais envie de signer que des jeunes artistes, qui n' avaient encore jamais sorti de disque: de la chair fraîche.

L'esprit du label est dans la parfaite continuité des soirées Espionnage, ce crossover entre hiphop et électronique.

P: Complètement, la preuve: avec Mehdi on va fêter nos 10 ans de vie commune l'année prochaine, puisqu' on a commencé à bosser ensemble en 97 avec Espionnage. Et Feadz bien évidemment qui est en train de devenir doucement mais sûrement le dj officiel de Ed banger, avec qui on mixait aussi à l' époque, avec Mehdi, sous le nom de Espionnage sound system. Nous trois, on essayait de mélanger tous ces styles, tous ces genres. Moi en invitant Mehdi dans mes soirées branchées parisiennes ou électroniques, et lui vice versa, en m' amenant dans ses soirées hiphop, donc oui je suis intéressé par ce mélange. En 95 je faisais des soirées où je mélangeais hiphop et house à l' époque. On nous prenait un peu pour des fou furieux, pourtant ça se passait plutôt bien. Je vais utiliser des phrases bateau mais on utilise les mêmes machines, il y a tellement de points similaires. Après en dehors des préoccupations sociales qu' a le rap, qui sont plus qu' importantes dans cette musique-là, qu' on n' a pas nous dans la musique électronique qui est une musique plus festive, nous aussi - dans la techno plus que dans la house - on a des revendications politiques et sociales importantes, à Détroit ou Chicago, on ne va pas faire de dessin.

Peux-tu parler des connivences entre le rap et des gens de la première french touch comme Dimitri avec Stetsasonic, Jess & Crabbe, Zdar etc ?

P: Dimitri et Stetsasonic, c' était une collaboration pour Tommy boy qui fêtait les 20 ans du label, ou quelque chose comme ça. Jess & Crabbe, complètement, c' était des fans de Chicago. D' un côté Jess était Dancemania, Chicago, et l' autre était b-boy, graffiti artiste. Ils avaient un son bien à eux, qu' ils n' ont, je trouve, malheureusement pas réussi à développer. Peut-être qu' ils étaient entre deux mouvements, fin de la première vague french touch et début de la nouvelle. Dimitri est un bon exemple, puisqu' au début de NRJ, il mixait du hiphop avant de mixer de l' électro. Comme beaucoup: Zdar et Boombass qui faisaient des trucs pour Solaar à l' époque, avec Mehdi qui a participé sur le premier ou le deuxième album de Solaar. Même Bob Sinclar était un dj de hiphop, et même le grand David Guetta était le grand défenseur de la cause hiphop à l' époque.

Comment est vu le label du point de vue de la scène électronique et du hiphop justement ?

P: Encore une fois, on est tout jeunes, on a que 3 ans. Au niveau de la musique électronique, tout le monde a l' air de nous faire plutôt confiance, et de nous suivre dans nos choix et nos goûts, et dans le fait qu' on amène quelque chose de frais. Entre 2001 et 2005, il y avait vraiment beaucoup de fausse house filtrée, de faux labels qui se cassaient la gueule. Dans le milieu électro, on est plutôt bien accueillis et plutôt bien acceptés. Nos disques sont pas mal distribués et joués: c' est le principal. Après dans le hiphop, je pense qu' on est un peu des ovnis, c' est peut-être un peu violent comme musique pour eux. Maintenant il y a des mecs du hiphop qui se retrouvent un peu chez nous, puisqu' on sort un disque de Mr Flash avec un featuring de TTC, Mehdi qui fait partie de la famille, SebastiAn qui intrigue tout le monde avec une vibe hiphop et qui pourtant tabasse. Je pense qu' on est plutôt bien vus dans les deux familles, et moi personnellement, j' ai envie d' être bien vu dans les deux camps.

Ton background hiphop ?


P: Ca a commencé avec Run DMC en 89. J' étais en pension et j' avais un poster de Run DMC dans mon dortoir. J' avais acheté leur disque. La réelle prise de conscience s' est faite à ce moment-là. Après bien évidemment en tant que petit blanc et skateur, les Beastie boys ont changé ma vie. J' aime particulièrement les beats et les musiques. Plus que les mcs, ce sont les producteurs qui m' ont touché. Je suis moins fanatique de Common et Talib Kweli en tant que mcs, mais par contre Timbaland, Premier, Hi tek, Jay dee: toute cette clique-là me parle carrément. Je pourrais écouter des disques entiers de hiphop instrumental.

Peux-tu parler de tes influences dans la gestion et l' identité artistique de ton label.

P: James Lavelle c' est l' image et la puissance artistique, qu' il a lui imposée dans les années 90. Je n' ai pas la prétention de faire la même chose. En tout cas j' espère qu' on laissera le même genre de goût dans la bouche des gens. Après je suis le plus mauvais gestionnaire de la terre je pense, c' est à dire que j' ai monté mon label sans aucun business plan, et je continue à avancer comme ça. Je sors des disques sans faire de tableur, sans prévoir les rentrées et sorties d' argent.

Les disques de Krazy baldhead auraient même leur place sur Mo'wax, pas que dans un club.

P: Bien évidemment, depuis le début j' ai envie de sortir des disques qui ne sont pas forcément que des tubes de club ou des morceaux faciles. Le premier disque que j' ai sorti sur Ed banger, c' était Mr Flash "Radar rider", qui est tout sauf un morceau jouable en club, ou facile à l' écoute, une espèce de DJ Shadow.

Il y a des artistes que tu voudrais signer ?

P: Là je t' avoue que je n' ai plus trop envie d' en signer, parce qu' il faut qu' on se concentre un peu avec ceux avec qui on s' est engagés, avec qui on a envie de sortir des disques. J' espère que la musique est une énergie renouvelable. Il y aura toujours des nouveaux kids qui arriveront avec des sons de folie. Avant de signer Uffie, je m' étais dit que je ne voulais plus signer d' artiste. Quand j' ai écouté, ça m' a pris quatre secondes pour lui dire de monter dans l' autobus Ed banger.

Comment expliques-tu le succès d' Uffie?

P: J' aime bien relativiser un peu les choses. On va approcher les 5000 vinyles. Il y a un succès, une attention, il y a beaucoup de vent et de bruit autour d' elle. Maintenant il faut qu' on vende des cds, il faut qu' elle tourne, qu' on écrive une histoire. Ca fait six mois qu' elle existe, demain tout peut s' arrêter, donc on a encore pas mal de boulot à faire. Après, ce qui fait une part du succès, c' est que ce soit une fille. Les gens mettent un visage un peu sexy sur un artiste. Le mélange mc hiphop et électro, ça parle aux jeunes de 2006. Oizo et Feadz: l' alchimie est parfaite.

Les points forts de SebastiAn et Justice ?

P: Leur force c' est d' avoir su bien digérer toutes leurs influences musicales, et d' en avoir ressorti un truc un peu hybride. Les clubbers se retrouvent dans SebastiAn alors que c' est tout breaké, jamais très droit, et en même temps tous les hiphopeux se retrouvent là-dedans en se disant qu' il arrive à faire des trucs sur lesquels on saute partout. C' est uptempo, nous on aime les trucs à 90 bpm justement, et là on est à 120/130, et les mecs pourraient limite rapper dessus. Il vient du hiphop, puisqu' il faisait des sons avec Narcisse, d' une jeune clique de La Cliqua justement. Justice leur force, je m' emballe un peu, mais je pense que ce sont des petits génies de composition et de production, qui savent super bien travailler le son. Ils sont en plus multi-instrumentistes, et ont ce talent d' écriture de la musique.

So me : l'image du label.

P: On s' est rencontrés avec So me en 2002 pour faire le site de mon ancienne société. Quand j' ai monté le label, il était là dès le début. Je lui ai donné carte blanche pour faire l' identité du label. J' avais déjà une petite idée derrière la tête, j' étais attiré par les dessins à la main dont j' aimais bien le côté naïf. Pas forcément le graffiti même si j' ai bien sûr été touché par le graffiti en tant que jeune Parisien. So me a sauté dans l' aventure avec moi et c' est lui qui s' occupe de tout l' aspect visuel. Il m' arrive très rarement de lui demander de refaire des choses. C' est les oreilles du label et moi les mains du label.

T'écoutais quoi en rave à l'époque ?

P: En 92, c' était assez triste comme musique à cette époque-là: c' était Liza N' Eliaz, Polygon window avant qu' il s' appelle Aphex twin. C' était assez rapide, assez brutal, à la limite de la trance. Pour arriver à découvrir la musique électronique un peu plus pointue, tu rentres par les portes un peu plus faciles de la trance. Je me suis bien amusé pendant deux trois ans à sortir tous les week ends, à prendre des navettes. Ca m' a un peu saoûlé à la fin, d' être perdu au Bourget à sept heures du matin, et ne pas savoir comment rentrer chez moi. J' ai poussé les portes des night clubs parisiens en me disant qu' il y avait une musique un petit plus subtile, la house music, juste en bas de chez moi: finies les galères et les navettes.

Ton avis sur la démocratisation récente des musiques ghetto - bien qu'en place depuis un moment pour les formes de bass music -, vu que Funk fait désormais partie de la famille ?

P: C' est un cousin issu de germain. Il a fait un remix pour le single de Justice. Il fait partie de ces gens de Chicago qui ont influencé les gens de la première french touch et de la deuxième: Surkin ne jure que par Funk. On l' a fait venir deux fois, et à chaque fois, c' était assez magique et assez fou. Par rapport à tout ça, je trouve ça très bien: encore une fois ce sont des musiques festives. Mieux vaut tard que jamais, la miami bass n' est peut-être pas grand public. Peut-être avec Lil' Jon, et tout qui ont des petites influences. C' est comme la baltimore. Je ne suis pas sûr que les petits jeunes de la Star ac y comprennent quelque chose. Même moi, j' ai découvert la baltimore, il y a un an ou deux, avec Kazey. Je lui avais fait l' affront de lui dire que j' aimais bien ce truc un peu jungle. Il m' avait regardé et il m' avait dit: "Non. C' est de la baltimore." On en entend un peu plus parler, mais ce n' est pas non plus encore la musique des jeunes.

Tu scratches ?

P: Mais je suis une brute en scratch!

A quand la battle Ed banger BNN ?

P: Pone, Lil' Mike, je les prends tous un par un ! Blague à part, je suis vraiment fan et à chaque fois étonné par ce qu' arrivent à faire les mecs. Je ne suis pas du tout un pro DMC. Ca me saoûle vite les challenges et compagnie. Par contre dans une soirée, un mec qui arrive à placer ça au bon moment et au bon endroit, ça me parle. Si c' est pour faire un show, c' est joli sur youtube. Mais si ça casse l' ambiance, c' est pas le but du jeu.

Intégrées dans la production les coupures peuvent aussi être intéressantes (aux platines, ou pas, comme ton pote chrétien du New Jersey).

P: Todd Edwards c' est pas du scratch. J' ai deux exemples hyper importants dans les disques qui ont changé ma vie: un disque de Motorbass, "Flying fingers" de Zdar et Etienne De Crécy, un morceau de techno, dans lequel Jimmy Finger, qui était le dj de Mc Solaar à l' époque, scratche sur toute la séquence, et un autre truc de nu american soul avec Jazzy Jeff qui scratche comme un instrument, et que Kenny Dope et Louie Vega avaient utilisé.

Les disques de tes amis sont pas mal utilisés ou cités par des gens tels que Nétik ou I Emerge, le savais-tu?

P: J' ai vu ça avec Nétik. C' est bon ça!

L' importance du déguisement dans les dj sets ?

P: Tu parles à un professionnel! J' ai lancé la mode du m&ms il y a quelques années. Evidemment que je suis pour que les djs lèvent les yeux de leurs platines et jouent avec le public, plutôt que les nerds qui regardent la piste se vider.

Ton avis sur le phénomène des sélecteurs ?

P: Si ils arrivent à faire danser les gens sans être des vrais djs, chapeau bas. Il y a tellement de vrais djs qui n' arrivent pas à faire danser les gens. Par contre, les petites minettes qui s' improvisent dj, ça me pose problème! (rires)

Tu peux dire un mot sur les liens qui unissent Ed banger ou Kitsuné au Japon.

P: Les Japonais ont toujours été friands de ce qui se passe en France. Après les Etats-unis, c' est sûrement le pays qui les influence le plus: par rapport au goût des choses, à la mode, ils ont toujours été hallucinés par ce qui se passe en France, et musicalement ça a suivi. Nos relations avec nos amis japonais sont en train de se monter de plus en plus. Là on a été pour la première fois avec Justice au Japon, il y a trois semaines, ça s' est super bien passé. On a fait deux grosses dates dans des gros clubs à Tokyo et au Mont Fuji. J' ai eu la chance d' y aller pas mal de fois, notamment avec Daft Punk quand on a bossé sur le film avec Leiji Matsumoto. J' étais fan du travail des gens de Bape, et eux aussi du nôtre. Il y a des dynamiques qui se sont créées. Les Daft ont fait un morceau pour Teryaki boys, eux nous ont fait des paires de baskets, et l' histoire continue comme ça. Uffie part à Tokyo fêter l' anniversaire de BBC Ice cream. Gilda, qui est un ami à moi et qui s' occupe du label Roulé de Thomas, a monté son label avec des copains à lui, dont un Japonais: Kitsuné, c' est un label de musique et de mode, tout ce qu' il y a de mieux pour les Japonais.

Ton opinion sur comment le dernier Daft Punk a été reçu.

P: Comme nous on l' a envoyé, c' est à dire un peu à la tronche des gens. Il y en a à qui ça a plu, et d' autres à qui ça n'a pas plu. On a fait des dizaines de concerts, et les critiques sont de plus en plus élogieuses. Le groupe est toujours là, serein, prêt à faire d' autres trucs. Moi je crois en eux. Après c'est bien dans une carrière d' artiste de ne pas toujours être le numéro un. Qu'un troisième album marche moins bien que les deux premiers, ce n' est pas très grave. J'espère qu' il y aura dix albums de Daft punk et qu' on se souviendra du troisième comme "celui qui a le moins bien marché". Peut-être que le septième album sera moins bien encore. Mais moi je l'aime bien personnellement. Je suis ravi de ce disque brut de pomme. D'ailleurs le fait qu'il ait été joué en concert en live a fait prendre conscience à pas mal de gens de comment ils ont fait cet album, et du côté super répétitif qui fait partie de notre musique.

Ton avis sur ces disques :
l'album de Oizo.


P: C' est cool que F com ose sortir des disques aussi bruts, donc je n' en pense que du bien.

Para One.

P: Je suis plus que content. Je suis éditeur de Para donc je l'aide dans son projet artistique. On n' arrête pas de parler depuis tout à l' heure des influences hiphop et house, voilà un mec qui vient plus du hiphop et qui assume complètement son amour pour le dancefloor et la musique électronique. Il y a plein de citations dans sa musique, notamment à Daft punk, et c' est plutôt bien fait. C'est complètement 2006.

Mehdi.

P: Que te dire de DJ Mehdi, à part mon amour et mon respect pour "Lucky boy". Lui aussi qui comme Para One assume cette ambiguîté d' amour de deux scènes ennemies il n' y a pas si longtemps, et qui sont finalement en train de se retrouver, et qui ne vont plus pouvoir vivre l' une sans l' autre. Il n' y a qu' à entendre Timbaland claquer des trucs à moitié house.

Jay Dee "Donuts".

P: J' ai la chance de l'avoir rencontré en 2002 à Miami. Super cool. Il connaissait très bien Daft Punk et ce qu' on faisait. C'est comme ça qu' on a fait l' échange de remix avec Slum village puisque Jay dee avait samplé un morceau de Thomas sur Roulé, et plutôt que de lui envoyer notre avocat, je l'ai appelé et je lui ai dit que j' dorais ce qu' il faisait, de nous faire un remix, ce qu' il a fait super rapidement. J'adore ce mec, j'aime son freestyle de production, le mec a un son bien à lui, et c'est ce qui fait la différence entre tous les producteurs de rap et lui.

Skream "Midnight request line".

P: Uffie fait une reprise sur ce beat. L' album m'a un peu déçu mais le single est juste fabuleux. C' est du downtempo, voilà du dubstep. J' ai acheté quelques disques, étant fan de musique instrumentale. En soirée, je ne sais pas ce que ça donne. Il paraît qu'à Londres il y a des soirées comme ça. Ca doit être tout lent: du reggae moderne.

KANYE WEST - Stronger


Happy Birthday!!!
Non, c'est juste parce que cette vidéo a un mois déjà, mais que ce grand fou de Kanye West a encore réalisé un carton, et que son album "Graduation" s'annonce énorme! (en espérant qu'il y ait un peu plus de scratch d'A-Trak)
La date prévue de sortie est fixée à septembre, aux états unis il me sembre que c'est meme pour le 11 Septembre!!! A mon avis ça aura l'effet d'une bombe!

En attendant, voici la dernière vidéo en date, celle du tube "stronger", qui n'est autre qu'un remix de Daft Punk...ca déboite!

lundi 13 août 2007

Stations of the elevated


Je suis tombé la dessus par hasard. C'est un film en 5 parties, montrant les tous premiers trains de New-York graffés en 1980 ...

STATIONS OF THE ELEVATED (1979) is an astonishingly beautiful film about graffiti-covered trains hurtling through a strange urban landscape of a decaying civilization.


Part.1 (link)


Part.2 (link)


Part.3 (link)


Part.4 (link)


Part.5 (link)

BNN en tête à tête

Un petit tête à tête avec les Birdy Nam Nam ça vous dit?
Ca dure 13minutes, ça a été fait pour Canal Horizon lors du Canal Sakifo 2007...et c'est bien réalisé
Enjoy!


Birdy Nam Nam Portrait
envoyé par PatchworkProd

Sinon il y a aussi cette autre vidéo interview, mais ne sont présents que Lil Mike & Crazy B. Cet entretient est pas mal dans un certain sens où les deux compères partent un peu en sucette...


Dj Flare gets shot !!!


The ex Invisbl Skratch Piklz member, Dj Flare (Sean Moran), AKA the Inventor of the Flare Scratch was shot Friday the 10th of August.
He is expected to survive... He was an innocent bystander.

Heres the article out of the San Mateo Daily News...

"San Mateo police are investigating an armed robbery that led to one suspect being gunned down and an innocent bystander being hospitalized with a gunshot wound to his torso.

The incident started at 10:49 a.m. today when two men robbed the Fiesta Latina Market at 1424 Cary Ave., police said.

At least one of the men was armed with a gun, and witnesses reported seeing one of the suspects jumping fences in the first block of Patricia Avenue. The other suspect reportedly fled in a white SUV.

Police spotted the vehicle and followed it to the Central County Mental Health facility at 3080 La Selva St., where the suspect exchanged gunfire with police. The suspect was killed, and police are not releasing his name.

The suspect managed to get inside the building somehow, where he shot Sean Moran, 35, of San Mateo, Moran's mother, Marilyn Metcalfe, of San Mateo said. Moran suffered a gunshot to his torso and was taken to Stanford Medical Center, and he is expected to survive, she said.

"I think he would have shot (Moran) more than once if the police had not stopped him," Metcalfe said. "It was a horrible thing, I've never been around violence."

Moran was at the center for an Alcoholics Anonymous meeting, she said.
Police said they captured the second alleged robber at about 11:09 a.m. when a sergeant spotted him ducking into a yard in the 800 block of North Bayshore Road. That suspect is a juvenile male, and police would not release his age and name. "

En clair, Dj Flare (Sean Moran) s'est fait tiré dessus samedi matin alors qu'il n'était qu'un simple passant...

vendredi 10 août 2007

Bannière web


Je me suis fait deux bannières web pour ce blog sur ce site :

www.mybannermaker.com

Je trouve ca pas mal, c'est rapide, il y a plusieures variantes. Comme je sais que pas tout le monde n'a photoshop ou n'a pas envi de se casser la tete, je me suis dit que ca pouvait faire plaisir à certains...
Le seul truc chiant, c'est le texte en bas que tu ne peux pas enlever...mais bon...

Au fait, les voici:


Animator vs Animation

Ca n'a rien avoir avec la musique et le scratch, mais cette animation déchire...esthétique moyen, mais réalisation top!

MusikMesse 2007

Cet événement est beaucoup plus intéressant que le Siel, ca c'est clair! D'ailleurs je pense que l'année prochaine je n'irai pas à la prochaine édition du Siel, j'irai certainement plus faire un petit tour en pays germanique.
Cette année encore, le MusikMesse a été encore très riche en bonnes démonstrations, avec entre autres :

B-JU & TEDDY on Serato (merci à Style de HC pour la vidéo)
(link to the video)


NETIK
(link to the video)


UNKUT on mixvibes
(link to the video)


RAFIK
(link to the video)


ENJOY!